Ce jugement illustre la violence importante que subissent les personnes en situation de grande pauvreté lorsqu’elles se heurtent à une machine administrative dont le (dys-)fonctionnement a pour effet de les priver de leurs droits fondamentaux. Il ne peut en résulter que de l’incompréhension, de l’humiliation et du désarroi pouvant déboucher sur une réaction violente de désespoir.

Consulter l’article dans une autre langue :